Bernadette, une douce amie (histoire inédite d'Anne)

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
Avatar de l’utilisateur
Bouya2
Résident(e) de JdL
Messages : 725
Inscription : 02 août 2013, 18:19
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Ce que j'adore : LE CHOCOLAT
Ainsi que la littérature, l'escrime, les chats.
Et je suis historien amateur (qui vise le grade professionnel)
Et bien sûr, les bondagettes ;)
Ce que je déteste : Les fruits de mer

Bernadette, une douce amie (histoire inédite d'Anne)

Message par Bouya2 »

Et voici une autre histoire qu'Anne n'a jamais publié. Je l'aime bien. Bonne lecture !

Bernadette, une douce amie – 2012/09/21

C'était simplement supposé être une après-midi tranquille et je rendais simplement une visite ordinaire chez une amie.
Bernadette est une fort jolie femme de quarante ans, cadre dans une entreprise. Elle est toujours habillée de manière très classique et même assez stricte. Pour le moment elle porte une étroite jupe de cuir marron qui lui arrive sous le genou et un chemisier cintré, le tout agrémenté de jolis souliers vernis à talons aiguilles. Ses cheveux noirs ne sont jamais libres, systématiquement tirés en arrière, que ce soit par un chignon ou en une queue de cheval comme c'est le cas pour l'instant.
Son visage est fin et ses yeux foncés sont sérieux. Ses formes sont toutefois très féminines et elle est dotée d'une fort jolie poitrine.

Je la trouve sympathique, mais son éternel sérieux rend parfois le dialogue un peu limité. Alors pour me rendre chez elle, j'avais décidé de m'habiller sagement aussi. Une courte minijupe bleu clair moulante et un chemisier satiné cintré avec des escarpins à talons aiguilles.

Nous discutions, attablées autour d'une tasse de café dans son salon.
En arrivant, j'avais noté avec amusement ses souliers à fines lanières car ils m'évoquaient irrésistiblement des liens sans qu'elle puisse s'en douter et je songeais à mes activités de ligotage. De telles pratiques ne lui étaient certainement jamais venues à l'esprit.
Sa fille nous avait quittées un peu plus tôt pour sortir avec des copines et nous étions seules dans l'appartement.

Mais en discutant, mon regard s'était arrêté sur le petit cadenas qu'elle portait en pendentif et j'avais eu un sourire.
Elle avait perçu mon regard et touché son pendentif.
-Oh oui, c'est spécial. C'est un cadeau de mon mari.
-Ah ? Et il a une signification particulière ?
-Euh... oui. Mon mari aime bien.
Je demandais cela parce que cela me fait songer à une relation de soumission.

Elle me fixe un instant avant de répondre.
-Et bien il est vrai que j'ai un mari plutôt soumis.
-Tiens, c'est marrant. Mon copain est très dominateur au contraire. Et comment cela se manifeste-t-il chez ton mari ?
-C'est particulier... il aime... euh... se sentir... euh... dominé.

Je la regarde, attendant la suite.
-Et bien en fait, il aime que je l'attache. Tu vois, ligoté comme un saucisson, bâillonné et se sentir aussi impuissant qu'un simple objet de décoration.
-Tiens ? Et tu le fais ?
-Oui. Au début, j'ai été étonnée par ce... besoin. Mais j'avoue y avoir pris goût et à présent je prends plaisir à ligoter Monsieur.
-Mais il se débat et se libère je suppose ?
-Non, non, je dois dire que je suis devenue une véritable experte en ligotage. Il se démène de son mieux mais je l'attache vraiment très serré pour être sûre... et il aime être bâillonné aussi dans ces moments, alors je lui fais aussi ce plaisir... avec un soin tout particulier. Et il est content, à se tortiller là, à mes pieds.
-Et vous faites cela souvent ?
-Une fois ou deux par semaine. On choisit des moments où la gamine n'est pas là, bien sûr.
-Et bien... je serais curieuse de voir cela !

Bernadette m'a observée un moment, pensive, puis s'est levée sans un mot et est allée ouvrir une armoire voisine et s'est accroupie. Elle est revenue sans un mot poser des cordes sur la table. De l'autre main, elle a posé un plug-gag apparemment fait d'un cuir très souple et muni qu'une très grosse balle de latex.
Elle m'a regardée avec un sourire.
-C'est notre matériel... Si cela peut faire ton bonheur, tu peux même essayer.
-Tu es sûre que nous serons seules ?
-Certaine. Et puis tu as l'air curieuse... alors...
-Oh oui, voyons cela.

Bernadette a empoigné une corde et s'est mise au travail. J'ai constaté qu'elle utilisait des cordes de diamètre ordinaire mais bien plus longues que les miennes et qu'elle faisait bien plus de tours pour attacher mes membres. La bande blanche formée sur mes cuisses faisait environ quinze centimètres de largeur. Et elle avait obtenu le même effet sous mes genoux et aussi aux chevilles qu'elle avait étroitement croisées.
Elle a ensuite procédé de la même manière pour attacher soigneusement les poignets mais elle a remarqué avec intérêt que la souplesse de mes bras était particulière. Elle a alors décidé de m'attacher les coudes ensemble, avec toujours un nombre de tours comparable. Etonnée du résultat, elle m'a regardée avant de continuer.
-Et bien dis donc, tu es plutôt souple !
-Oui, je fais beaucoup d'exercices...
Je l'ai vue tendre le bras et attraper le bâillon.
-Tu as l'air d'avoir une très grande bouche, Anne. Allons, ouvre bien grand...

La balle faisait effectivement un peu plus de deux pouces de diamètre. C'était bien un bâillon fait pour un homme, mais j'accepte de type de balle sans problème. Après m'avoir soigneusement bâillonnée, elle a continué de procéder à mon ligotage minutieux.
Bernadette m'a fait un joli harnais avec une longue corde étroitement serrée et je me suis bientôt retrouvée avec une bande de dix centimètres de cordes sous les seins et une autre au-dessus.

Elle appliquait chaque tour de corde avec minutie et précision. Elle apprécie manifestement l'esthétique. Je notais qu'elle procédait avec délicatesse, mais qu'elle serrait néanmoins très soigneusement les cordes. De plus, le nombre important de tours qu'elle appliquait chaque fois faisait que je me trouvais ligotée bien plus étroitement que quand c'est fait par mon copain !
Mes poignets ont ensuite été attachés à ma taille et la ceinture de corde avait également une largeur d'une quinzaine de centimètres.

Là, j'avoue m'être sentie vraiment impuissante. C'était un ligotage très soigné et esthétique, mais vachement rigoureux !
Elle m'a repoussée contre le dossier de la chaise et s'est assise en face de moi pour boire un peu de café en me regardant.
-Voilà... c'est le genre de chose que je fais à mon mari. Il adore cela. Mais souvent je le ligote mieux que cela, et je le laisse sur le lit ou simplement sur le sol au milieu de la pièce.
-Mmh !
Je voulais répondre qu'elle avait mis beaucoup plus de corde que ce qui se fait habituellement, lui dire à quel point son ligotage était rigoureux et comme je trouvais cela joli, mais elle m'avait trop bien bâillonnée.
-Tu es décidément très souple... ah oui, c'est vrai, tu es danseuse.
-Mhm... mmh...
-Je n'avais jamais attaché de femme, mais c'est très intéressant aussi... enfin il faut dire aussi que tu as des formes... intéressantes.
Je me tortille sur la chaise.
-Gnhh... mmh !
-Puisque tu es occupée, je vais travailler un peu.

Et elle a sorti une farde du cartable qui se trouvait sur la petite table de son salon et a commencé à lire en l'annotant pendant que je la regardais faire, complètement ligotée et bâillonnée, impuissante sur ma chaise.
Elle a pris son téléphone et a appelé quelqu'un avec qui elle a commencé à parler du dossier en question. Se levant, elle continuait de parler en marchant dans la pièce. Elle s'est arrêtée près de moi et a passé la main dans mes cheveux sans interrompre sa conversation.
Une fois sa discussion terminée, elle m'a ôté le bâillon en souriant.
-Alors ?
-Ouh !... Et bien ce n'est pas mal du tout !
-Pas trop serré ?
-Non, c'est bien fait... mais je ne peux plus bouger !
-C'est le but... répondit-elle en me bâillonnant à nouveau sans prévenir.
-Mh !!!... ... mh !!!
-Tu dois rendre les mecs fous en t'habillant aussi court !
-Mmmh...
-Mais tu as le physique pour... bien sûr. Très jolie... et bien mise en valeur par les cordes...

Elle est revenue avec un appareil photo.
-Il ne te connaît pas mais ça intéressera certainement mon mari. Ce n'est pas tous les jours qu'il a ce genre d'invitée dans son salon et il n'est même pas là pour en profiter !
-Mmmh !!
-Oui, il verra qu'il a raté quelque chose... tous les mâles fonctionnent de la même manière.

Bernadette savourait manifestement la situation. Après une involontaire petite séance photo, elle est allée ranger son appareil et est revenue s'asseoir devant moi pour terminer lentement son café. Elle m'a laissée là un long moment avant de me libérer.
En Art le Progrès n'existe pas. L'Art évolue.

Yopo1
Habitué(e)
Messages : 60
Inscription : 27 mai 2015, 10:30
Pratique : Oui
Ligoté(e) :

Re: Bernadette, une douce amie (histoire inédite d'Anne)

Message par Yopo1 »

Simple mais vraiment délicieux.

Toujours aussi bien raconté. Je ne saurai en émettre aucun défaut, à par celui d'avoir un petit goût de 'reviens-y'...

Bravo. :bravo:

Avatar de l’utilisateur
Utten
Amateur(trice) de JdL
Messages : 176
Inscription : 20 janv. 2014, 08:09
Pratique : Oui
Ligoté(e) :
Localisation : 29

Re: Bernadette, une douce amie (histoire inédite d'Anne)

Message par Utten »

J'approuve complètement: une histoire simple et directe que j'ai lue avec grand plaisir!

Verrouillé