Un traitement de choc.......

Œuvres des membres (textes, histoires, dessins, photos...) Rappel du règlement du forum: Interdiction de publier des récits dessins photos etc...mettant en scène des mineurs.
Règles du forum
Vous devez être majeur pour parcourir le forum. Lire également les règles du forum.
rocame
Habitué(e)
Messages : 76
Inscription : 19 déc. 2021, 10:28
Ce que j'adore : Les histoires de bondage !
Ce que je déteste : le mensonge
Localisation : Clermont - Ferrand ( 63 )

Un traitement de choc.......

Message par rocame »

Bonjour à toutes et à tous !

Cette histoire devrait vous plaire, et elle est l'expression d'un de mes fantasmes secrets, peut être qu'un jour je trouverai une dominatrice qui me fera subir ce genre de traitement. Bonne lecture ! :langue:


Chapitre 1

Hospitalisé depuis plusieurs semaines pour une dépression, un matin ma psy me convoque à son bureau et m’annonce ceci :

« Depuis plusieurs semaines que vous êtes parmi nous nous avons échangé, vous vous êtes confié et je constate que votre maladie est dûe au fait que vous n’avez jamais eu de relations sexuelles. Qu’est ce qui vous bloque ? »

À ce moment là je vacille, j’ai enfin trouvé un praticien qui a compris la cause de mes tourments depuis ces années. Je commence à tenter de m’exprimer en disant que j’ai peur de faire souffrir ma partenaire, puis je fonds en larmes, incapable de finir mes propos.........

Ma psy se lève, me fait signe d’approcher et je sanglote dans ses bras, à la fois de souffrance et aussi de joie car je peux enfin m’épancher de mes problèmes.

Elle me console pendant 5 minutes, puis elle retourne à son bureau et me tient le discours suivant :

« Camille, je pense avoir une solution qui va vous libérer de votre dépression et vous faire voir la vie sous un nouvel angle. Lors de nos séances, vous me disiez être fétichiste des jeunes femmes portant des vêtements en cuir noir, des bottes ou cuissardes, et intéressé par le bondage, c’est bien ça ? »

« Tout à fait ! »

« Eh bien pour combattre cette angoisse de la relation sexuelle, nous allons vous faire subir un traitement qui va vous libérer, vous aider à combattre vos peurs, voire même peut être vous donner envie de devenir une femme épanouie. Ça vous dit ? »

À ce moment là je refonds en larmes car c’est mon fantasme absolu, et il va se réaliser, et je sens que ça va beaucoup me plaire.......


Ma psy se lève, s’agenouille à mon niveau car je suis incapable de me lever tant je pleure, me prend le visage dans les mains et m’embrasse tendrement : « Tu vois que j’ai visé juste et que je te sens déjà beaucoup plus détendu ! C’est moi qui te fera faire cette séance, pour le moment je te signe ton exeat et tu quittes la clinique dès cet après-midi. Nous sommes Lundi, comme tu le sais j’exerce toute la semaine, retrouve moi à mon domicile Samedi Midi, et tu vas découvrir non seulement le plaisir d’être attaché, bâillonné, travesti et je suis sûr que tu voudras quitter la maison en tant que femme désirable. »

Je ne sais que dire tant je suis ému de cette proposition, à travers mes pleurs je ne peux que balbutier un « Merci Madame » tout timide.

Ma psy me gronde gentiment : « Ah non, mon prénom c’est Emmanuelle et je te demande de me tutoyer, nous avons 21 mois d’écart et tu pourrais être mon petit frère, voire mon petit bébé. Avant que je te signe ton bulletin de situation, puis je te demander une chose ? »

« Avec plaisir ! »

« Je vais prendre toutes tes mensurations et des photos, afin que je puisse t’acheter une garde - robe qui soit à tes goûts, ainsi surtout que des accessoires qui seront essentiels pour la réussite de ton traitement. Adjugé ? »

« Vendu ! »

En début d’après-midi je quitte la clinique tout guilleret, et tout excité du doux traitement qui va m’être prodigué ce week-end !

Chapitre 2

Nous voilà à ce fameux Samedi qui va certainement changer ma vie....... Ne sachant pas trop à quoi m’attendre, je prends la route du domicile de ma psy confiant, mais tout de même un peu inquiet.

J’ai rendez - vous dans un village perdu d’Auvergne : son accès se mérite, mais il est très sympa et apaisant.

Arrivé à destination, Emmanuelle m’accueille : je la connaissais sur le plan professionnel avec sa blouse, sa jupe et ses bottines, mais là sa tenue me surprend un peu : elle porte en effet un pull à col roulé rouge, un jean bleu et de très jolies baskets Adidas blanches avec des bandes bleues et rouges. Elle a des bagues aux doigts et un bracelet, porte les cheveux frisés avec un joli smoky eye violet qui fait ressortir ses beaux yeux chocolat, et comme il fait frais, porte un long manteau à capuche vert doublé orange.

En me voyant elle me tend les bras pour faire un câlin, je la serre tendrement par les épaules et me plaque 2 gros bisous sur la joue. Il faut dire que j’ai mis une tenue séduisante : jean enduit noir, bottines Chelsea en cuir noir, gilet noir, chemise rayée noire et blanche, perfecto en cuir noir, chèche noir, gants courts en agneau noir et béret en laine bleu marine, un parfait petit rockeur d’amour !

« Camille, tu es magnifique ! Mais avec la tenue et le traitement que je t’ai réservé, tu vas être comblée, je te le promets ! Mais en attendant, tu connais les coutumes de notre région bien que tu ne sois pas Auvergnat, allons manger ! »

Et le repas fut à la hauteur de la réputation de ma région d’adoption : Gentiane, vin de St Verny, truffade, charcuterie de pays et fromages d’Auvergne ainsi que la pompe aux pommes. Après ce banquet passé à refaire le monde, Emmanuelle me parle de mon traitement :

« Comme je te l’ai dit à la clinique, ton protocole va te permettre de réaliser à la fois tes fantasmes et de devenir une femme assumée..... À mon avis tu as besoin de connaître l’orgasme féminin pour dépasser tes peurs, et je pense que tu vas tant aimer ça que tu n’auras qu’une envie, te faire opérer pour changer de sexe. On part là dessus ? »

« OK ! »

« Tu ne portes pas de barbe, c’est parfait, mais tu es plein de poils. Pour commencer, tu vas me faire le plaisir de t’épiler complètement ! »

« Oui ma petite Maman d’amour, je ferais n’importe quoi pour toi ! »

« Tu es un patient comme j’aime, c’est parfait ! Si tu es sage, tu auras droit à un biberon d’amour !« Et là dessus elle me prend dans ses bras et caresse ma tête en me faisant plein de bisous !

Sur ces entrefaites je file m’épiler intégralement. Une fois la douche faite je n’ai plus un poil sur le corps.

Je me présente ensuite à Emmanuelle qui passe à la 2ème phase du traitement.

« Te voilà sans poils, c’est parfait ! Maintenant, je passe à ta féminisation intégrale ! »

Je dois d’abord revêtir une poitrine factice avec des faux seins et des bonnets de 95 D. Ensuite, je passe un chemisier en soie blanche, puis une jupe midi évasée en agneau noir, des gants opéra en agneau noir et un perfecto assorti de chez Kookaï, ainsi que des cuissardes en cuir noir avec un talon bottier de 9 cms. J’allais oublier l’accessoire essentiel qui va conditionner mon traitement : un vibromasseur dans mon fondement qui va me faire connaître - paraît-il - une jouissance inouïe !

Je revêts ensuite une perruque brune avec des cheveux longs qu’Emmanuelle me coiffe en chignon frisé - j’adore ! - puis nous passons au maquillage : pour faire ressortir mes beaux yeux bleus, elle me met du far à paupières orange, de l’eye liner bleu, du mascara bleu et un rouge à lèvres assorti.

Une fois avoir eu le droit de me regarder en femme, je me trouve finalement très beau et me plais beaucoup !

Emmanuelle me propose un shooting photo que j’accepte avec plaisir, où je prends des poses suggestives et où j’envoie des bisous à l’appareil photo, j’adore ça !

Et vient ensuite cette phrase magique : « Ne bouge pas, je vais chercher la suite de ton traitement, et je pense qu’il va te plaire, crois - moi ! »

Chapitre 2

Quelques minutes plus tard, Emmanuelle revient avec le matériel nécessaire pour connaître les joies du bondage et je suis loin d’être déçu !

« Pour commencer, prends ce comprimé. C’est un tranquillisant qu’on utilise pour préparer les patients aux anesthésies. Un seul suffira, comme ça tu seras bien détendu pour recevoir ton traitement dans les meilleures conditions. »

Je l’avale et ensuite Emmanuelle commence à me préparer.

« Un bondage réussi ne se conçoit pas sans bâillon. Tu m’as dit fantasmer sur les femmes algériennes qui portent la Mlaya, la tenue traditionnelle de Constantine, tu vas avoir le plaisir d’en porter une revisitée à ma façon ! Camille, ouvre grand la bouche s’il te plaît ! » Elle m’insère un petit carré de soie blanche de façon à ce que je n’émette plus le moindre son. Mon bâillon est sécurisé par du tape de bondage noir de façon à ce que l’intégralité du bas de mon visage soit couvert.

Ensuite, elle me met 2 bouchons d’oreille afin de me couper du monde dans le but de vivre une parfaite condition de femme soumise.

Puis elle commence à me voiler : un premier foulard de soie noire vient masquer mon opulente chevelure, porté en turban, seuls mes yeux restent visibles. Ensuite elle me met un masque de chirurgien en soie noire, un peu comme Mickael Jackson.

Ensuite deux foulards en soie noire viennent compléter mon bondage : un premier entoure complètement ma tête et est noué derrière le cou, et un second est attaché en masque, à la manière de Pénélope Cruz dans Bandidas. Seuls mes yeux bleus restent visibles et trahissent la joie dans laquelle je me retrouve !

Puis Emmanuelle commence son travail de ligotage proprement dit : avec de longues cordes blanches elle m’attache les chevilles, le bas des mollets, le haut des mollets, en sécurisant à chaque fois les liens.

Ensuite elle m’attache les poignets, les coudes et les bras avant de solidifier le tout avec des cordes qui vont et viennent entre les seins, ce qui fait ressortir ma poitrine très opulente, et achève le tout avec un crotch rope qui tombe pile là ou il faut quand ma psy aura décidé de me faire jouir.

« Tu es magnifique ! Maintenant on va terminer ta tenue de façon à tu ressembles à une vraie femme algérienne soumise car à l’époque ou la MLaya se portait, ce n’était pas par choix, mais par obligation ! »

Emmanuelle me passe une cape à capuche en satin noir qui me tombe juste au niveau de l’ourlet de la jupe midi. Elle me met la capuche et la serre au maximum, avant de me mettre deux foulards de soie blanche noués comme les précédents, et surtout me drape dans un haïk de satin noir, comme les Constantinoises, et le noue de façon à ce que l’on voie mes voiles blancs et le bout pointu de mes bottes.

Maintenant j’ai le droit de me regarder dans un miroir et je me trouve franchement belle et désirable, à telle enseigne que les larmes commencent à couler, mais je suis si bien bâillonnée que je pleure sans faire le moindre bruit.......

Emmanuelle me dit alors : « Vu ta réaction, c’est exactement le traitement qu’il te fallait, j’ai visé juste et c’est tant mieux, maintenant prépare toi à connaître la jouissance ! » À peine ai je le temps d’entendre la phrase que le vibromasseur commence à se déclencher, avec le crotch - rope, mes liens, mes bâillons et ma prison de satin, de cuir et de soie, je ne tarde pas à réagir et en 2 minutes, j’atteins l’orgasme et cela me fait un bien immense........ Une fois l’extase passée, Emmanuelle me prend dans ses bras et m’embrasse tendrement tout en me caressant.

« C’est super, la 2ème phase du traitement est pleinement réussie ! Maintenant je te détache, mais uniquement les jambes, comme je vois que tu te plais vêtue en Constantinoise soumise, nous allons faire un tour en ville pour que tu puisses te promener et constater la réaction des passants ! »

Sur ces entrefaites, nous prenons la route de la capitale régionale, située à 50 kms du village d’Emmanuelle. Arrivés à destination, nous laissons sa petite Nissan Micra noire sur un parking relais.

« Pour tester ta condition de femme soumise, nous allons prendre le tramway, et ensuite descendre sur la place principale. Ensuite je te prévois un petit tour en ville, ici les autochtones sont si tolérants que tu ne risques pas de te retrouver en garde à vue car tu te masques le visage. Ici, tout le monde respecte l’habillement de chacun ! »

Et ce fut effectivement une balade magique : quel bonheur de se retrouvée prisonnière au vu et au su de tout le monde ! À un moment donné en ville j’ai surpris un jeune homme en train de se masturber sur moi, Emmanuelle m’a détourné du regard de ce voyeur en regardant une vitrine et a déclenché le vibromasseur : je me suis retrouvé en transe mais personne ne pouvait m’entendre crier, bâillonnée comme je l’étais.

Nous rentrons dans notre petit village et Emmanuelle enlève mes voiles, mon bâillon et mes liens, mais me laisse travesti. Elle me questionne : « Alors ça t’a fait quel effet ? »

« C’était jubilatoire et tu avais raison ! »

« Eh bien c’est parfait ! Maintenant tu as bien mérité un nouveau repas auvergnat et ensuite tu vas connaître les joies de la 3ème partie de mon traitement, et crois - moi, tu vas passer une bonne nuit dont tu me diras des nouvelles ! »

Nous festoyons cette fois - ci avec du birlou, un apéro local à base de noisettes, une truffade et plein d’excellentes choses qui font la joie de notre pays, ainsi que du St Pourçain cette fois !

Ensuite, Emmanuelle m’expose la 3ème partie de mon traitement :

« Pour que tu passes une bonne nuit après cette journée riche en émotions, tu va recevoir un traitement qui va vraiment te plaire compte tenu de ce que tu m’a raconté à la clinique. Tu aimes les émotions fortes en matière de bondage ? Tu vas être servie, crois moi ! Et sur ses entrefaites nous nous embrassement langoureusement sur la bouche........ Ensuite, après quelques minutes d’absence, Emmanuelle revient avec tout le matériel nécessaire !

Chapitre 3

En voyant ce que ma geôlière m’apporte je sens effectivement que je vais passer une nuit excellente........

Après m’être parée de mes bouchons d’oreille, Emmanuelle me revoile et me bâillonne comme l’après-midi, mais rajoute des contraintes supplémentaires qui me font jouir d’avance.

Je revêts d’abord une cagoule en cuir avec masque pour les yeux et casque intégré ainsi qu’un bâillon supplémentaire sur la bouche : seules mes narines restent libres.

Ensuite je suis non seulement bondagée comme l’après-midi avec le plug anal, mais je revêts en plus une camisole de force en cuir noir qui comprime encore plus mon lien et mon décolleté, je me sens vraiment à la merci de ma maîtresse et j’adore ça j’avoue........

Le vice est ensuite poussé jusqu’à me momifier avec du tape noir : seule ma tête reste « libre » pour le moment. Ensuite Emmanuelle me couche dans un sac de couchage en cuir noir, qu’elle lie ensuite intégralement avec des cordes.

Ensuite elle me fait passer un masque à gaz avec deux ouvertures pour les yeux totalement opaques, je suis désormais intégralement bondagée comme je l’ai toujours fantasmée.........

Emmanuelle me dit ensuite : « Maintenant je passe à la dernière partie de ton traitement, la plus originale à mon goût : je vais brancher ton masque à gaz sur une bouteille remplie non pas d’eau comme on peut le voir dans les vidéos BDSM, mais de parfum ! Avec le vibromasseur enclenché, tu vas passer le plus beau moment de ta vie, je te le promets....... ».

Et en effet je reconnais l’odeur de mon parfum féminin préféré, Angel de Thierry Mugler ! Ma respiration devient de plus en plus rapide au fil des minutes qui me paraissent bien longues et Emmanuelle déclenche le vibromasseur au moment opportun : et la j’entre en véritable transe, le lit tremble tant je suis excitée et heureusement que je suis rigoureusement bâillonnée car toutes les vitres du village auraient volé en éclats tant j’aurai hurlé fort : ça y est, j’ai connu mon premier orgasme féminin !

Emmanuelle toute excitée me dit : « Whaou, je ne pensais pas que ce traitement allait faire tant d’effet, tant mieux....... Maintenant il est temps que mon petit bébé d’amour fasse un gros dodo après une telle journée. Bonne nuit mon tout petit cœur ! »

Et elle me masse très doucement les épaules en me couvrant de bisous. Toujours bondagée je ne peux pas émettre le moindre son ni mouvement, mais je sens des larmes de soulagement délicieuses couler le long de mes joues et je ne mets pas longtemps à m’endormir, tant je suis heureuse d’avoir trouvé mon identité sexuelle !

Répondre